20/05/2008

Les larmes coulent ...

Je reviens donc sur un terrain maheureusement délaissé grace à cette personne qui se reconnaitra je l'espere fort. Je la remercie d'ailleurs encore de m'avoir montrer qu'elle ne m'avait point oublier ...

Je lis et relis ces mots, ces textes, ces maux épuisants et déprimants qui me font pleurer. Tous ces mots qui me rappellent qu'ils sont la, les maux, ils sont la depuis trop longtps, ils sont presque les memes, ils sont encore destructeurs.  Je n'aurais pas cru que ca ferait aussi mal, ce meme mal depuis des années. Je n'ai pas avancé, je n'ai pas reculé je crois non plus, je suis toujours au meme point. Je jongle avec mon envie de mourir, de vivre, mon anorexie, ma boulimie, ma dépression, mes démons, ma colere, ma haine envers moi.

Il y a 1 mois j'étais une plume enfin je m'obstinais a le croire meme si ce n'était pas assez, IMC a 16, je sentais ma peau fragile et mes os percants, j'étais au paradis de l'enfer. Surement anémié, fatigué, épuisé je n'étais franchement pas bonne a grand chose et je m'endormais partout, tout était difficile mais tout était génial, je n'était pas assez mince et de toute facon il est clair que la graisse me bouffait toute entiere et c'est surement cela qui m'épuisait autant. Maintenant je n'ose meme pas me peser tellement j'ai peur, et je pleur devant cet ordi à la con car plus rien ne va.

Ca fait des mois que je bois tous les jours, des mois que je fume tous les jours. Des années que je fume, que je bois, que je me détruit disent-ils. Non que je m'enfuis, que je m'évade pour ne pas rester sur terre. Ce week end un homme que je ne saurais reconnaitre m'a mis un coup de poing dans le nez et m'a volé mon sac. Une haine si forte m'a envahi si vite, j'ai tout cassé, fenetre, bouteille, moi. Il faudrait que je révise mes partiels mais je suis remplie de colere. Je déteste les hommes, je déteste ces hommes qui m'ont sali il y a des années et qui maintenant me frappe.

J'ai trouvé un homme qui tient a moi ... bonne nouvelle n'est-ce pas ?? Mais rien n'y fait j'ai peur, peur de lui, de ses gestes et envies, de sa tendresse qui me semble si agréable et si angoissante. je voudrais m'offrir a lui et oublier mais lui me prend avec "amour". Je ne suis pas a l'aise avec l'amour, je ne sais pas ce que c'est que faire l'amour. Oui j'ose le dire je vais avoir 20 ans et je n'ai jamais fait l'amour, on m'a pénétré, on m'a prise sans vraiment savoir ce qui se passait au fond de moi. Et cet homme qui tiens a moi, il part dans 10jours pour 4 mois à l'étranger. Aurais-je le temps de sombrer ??

Je crois que ce qui pourrait me sauver en ce moment c'est d'etre vide, et je suis trop pleine. Et une envie incontrolable de me faire mal, de me détruire s'emparre de moi. Je crois que mes médocs ne sont pas tres loin et qu'ils vont beaucoup me servi... La derniere fois que j'en ai pris (trop) en prenant de l'alcool ... (comme d'hab) je suis tombée dans les pommes 2 fois de suite ... un tel bonheur ...

12:34 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

02/08/2007

Back from no where

Longtemps que je ne m'étais pas laissée le temps de venir écrire, lacher, gerber mes maux. Je me suis enfuis dans mon travail pour oublier. Le seul endroit ou j'arrive a peu pres a vivre, a "oublier" tout ca. Travailler avec les enfants me permet de m'oublier totalement, n'etre la que pour eux, pour les autres et me laisser dépérir en gardant la peche et le sourire. Malheureusement on m'a voler ce moment de liberté. Une autre fille, une autre anim, mince, presque osseuse, dans la meme merde sauf qu'elle ne le sait pas. Un regard une parole et j'ai su, pas de maladie pour elle ca se voyait qu'elle se croyait totalement "normal". Et je la voyait, et elle me fesait mal, tellement mal, sans le savoir elle me plongeait dans mon néant, dans mon enfer que j'arrivait a peine a fuir.

Elle m'a rejeté dans la réalité, elle m'a cloué au sol et m'a détruite encore. Mon seul endroit de repos est alors devenu un cauhemar, je me fesait ratraper par tout ce que je fuyais. Ratrapé par l'anorexie, par la boulimie,par la dépendance. Plus d'un mois que je ne me suis pas pesé et que je me l'interdit. Les os plus ou moins présent selon les jours ...

3 jours que tout ce qui rentre dans ma bouche ressort directement et fini ainsi dans le lava[pa]bo. La peur qui me prend au trip de grossir. Le pire dans l'action de cette autre fille c'est qu'elle ne se rendait surement pas assez compte pour le moment de ce qu'elle fesait. Et j'arrivais a imaginer l'horreur qu'elle allait vivre quand le controle sera trop dure a garder, quand elles auront gagné, quand elle sera trop faible pour lutter. Un cauchemar que je peux plus me résoudre a vivre, et encore moins a savoir que d'autre vont le vivre ou le vive deja. 3 jours donc que je vomis 3 ou 4 fois par jour, une odeur présente mais fantomatique de vomis ...

Un bonheur meme s'il n'est pas présent de te lire Anorchidea, toi qui est présente en moi meme si il fut une période sans nouvelle. Agréable de savoir que tu es toujours la, a te battre encore et toujours contre nos démons. Je me dis que tout ca ne finira jamais, que je n'arriverais pas a me sortir de ce tourbillon infernale. Quand je sens que les crises disparaissent peu a peu, au lieu de redoubler d'efforts et de me battre pour tout fuir, je me laisse couler lentement dans le courant d'ana.

Je me laisse couler dans ma dépendance, drogue, alcools, troubles, déprime.... Un été qui ressemble a tous mes hivers, printemps et automnes ... la lutte contre ce corps, cette bouffe, cette vie, ces maux.

J'ai trouvé l'homme de ma vie mais comme je suis une fille chanceuse de nature, c'est impossible. Fatiguée de tout ca, de tous ces maux qui s'accrochent et ne se détachent jamais. Je suis lasse.

20:11 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/05/2007

The question ...

Admissible dans les écoles, j'attends mes oraux qui arrivent dans moins d'une semaine. Je reste calme et ne me met pas la pression.

Aprés 2 rendez vous avec une spécialiste des troubles alimentaires, elle m'a laissé le choix. A moi de reprendre un rendez vous mais d'abord une seule et unique question ... "Suis-je prete a me débarasser de ma boulimie ET de mon anorexie?" Une question qui parrait si simple et logique mais qui en faite est un calvaire. Ma boulimie oui je veux m'en débarasser, mon anorexie j'ai plus de mal a me dire qu'elle doit me quitter. J'ai peur tout simplement peur de me retrouver sans mes démons, car meme si je les détestent je me dis que si je les détruit je perdrais une partie de moi. Le docteur m'a dit que je me trompait totalement car ces troubles ne sont pas moi.

Je suis perdue, je suis balancé entre un moi détruit qui a peur de la guérison et un moi qui veut vivre vraiment.

14:02 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

07/05/2007

Révolution ...

Juste trop décu, une énorme déception. Une rogne contre 53% des francais. J'ai tellement peur de l'avenir d'une france dirigé par un homme aussi faux, malsain. Sarkozy président ou l'enfer d'un futur chaos social.

Sarkozy n'est pas mon président !! Je refuse !!

20:29 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

02/05/2007

Silence ... descente aux enfer ...

Non mon silence n'est pas du a une reconstruction, a une guérison ni a rien qui puisse s'apparenter a cela.

Depuis cette semaine de bonheur ou j'ai perdu du poids, ma vie ne tourne qu'autour de mes crises. J'ai du reprendre 5kg peut etre plus en tout ca mon cul est flippant enfin tout. Mes joues de hamster, gonflé de partout par les crises les vomissements. J'ai des vertiges a répétitions et mon coeur bas la chamade régulierement. Vendredi dernier je suis allés voir un médecin spécialisé dans les troubles alimentaires. Une démarche difficile a entreprendre mais je ne regrette pas. Je revois ce medecin dans 1 semaine. Il faut qu'elle m'enferme. Une camisole de force et le noir complet. Me laisser mourir parce que rien d'autre n'est possible.

Ces derniers jours j'ai bien penser a en finir, les médicaments dans la mains, les lames, la fenetre ... tout ce que je voyais pouvait etre utiliser a ma fin. Mais vu que je suis seule je me suis dis que mes parents m'auraient retrouver 6 jours plus tard ... morte ... pourrie ... puante ... impure. Au lieu de ca il vont me retrouver ... vivante ... pourrie ... grossit ... impure ... énorme ... gonflée ... bouffie...

Je ne me reconnait plus, mon visage mon corps. A l'abandon depuis quelque temps. Je l'ai donner, vider, rempli, meurtri, offert, délaissé. Plus rien ne me va, je suis épuisée. Le ventre gonflé d'une journée pitoyable (encore une), la détresse dans les yeux, la rage dans la bouffe, j'écrit pour vider au moins ma culpabilité et mes remords. Je me détruit encore et encore a ne jamais en finir. Mon corps hurle de douleur avec ce que je lui inflige, mal de dos, mal de gorge, mal de tete, mal de ventre, crampe a répétition, vue troublé, gensive dans un piteux état ... j'en passe ... Mon sommeil si dur a trouver. Moi qui dors comme un bébé normalement, voila bien longtemps que je n'ai pas passer une nuit longue sans reveil, sans cauchemar...

Tout absolument tout va mal. Et la cerise sur le gateau (que j'ai bouffé bien sur) c'est que meme quand je ne ressens pas la crise que je suis écoeurée et pleine, je mange, je me force, j'ingurgite, je me remplie, je me boure ...

AU SECOURS !! Pourquoi moi ?? Pourquoi tout ca m'arrive a moi ?? Ma voix en plus me lache completement, trop de vomissements, de pleurs, d'alcool et de cigarettes, la voila ruinée, épuisée elle aussi.

Personne a appelé, personne a qui parlé, a qui hurlé ma détresse. Je me laisse sombrer, je n'arrive meme plus a lutter.

Je suis morte, je suis la, je suis nul part, je suis dans un autre monde, je suis détruite, je suis effacée, je suis déchirée, effondrée a tout jamais.

                    1

 

20:19 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

17/04/2007

Une guérison ? Toujours en prison.

Plus d'une semaine que je vomis minimum 3 fois par jour. Je vis un enfer et je suis physiquement et psychologiquement épuisée. Meme plus la force de me mettre sur mon vélo pour faire mes kilometres journaliers.

J'ai dit a ma mere que je voudrais etre pris en charge. Un énorme pas dans mon esprit et pourtant un si petit pas dans ma guérison. Je ne peux plus garder tout ca, je ne peux plus continuer a vivre ainsi. Aprés mon dernier exam qui est demain, je prends rdv avec un endocrinologue. Et puis le mieux serait que je puisse etre hospitalisé. C'est ma hantise, j'en ai tellement peur, je ne le veux vraiment pas, mais meme si je vois un medecin je sais que rester chez moi ne m'aidera en rien du tout.

Plus de 2 ans et demi que ces démons me pourrissent la vie. Le pire étant bien sur démoulimique. Et encore démorexie n'est pas bien belle non plus. J'ai mal, je suis fatiguée, elles m'ont vidé, rempli, détruit. Je suis un dechet sans vie qui tente désespérement de s'accrocher au bord de la falaise. Je tends ma main et depuis trop longtemps personne n'a voulu, ou n'a pu l'attraper. Cette fois ci je met toute la force qu'il me reste (pas beaucoup) pour sortir du gouffre. Et surtout tout faire pour ne pas y retomber.

Toujours dans ma prison froide et malsaine. Prison d'argent ternie et pourrie par le temps. Prison pleine de frisson, de depression, de restriction. Prison de corps et surtout d'esprit qui m'a emmené plus d'une fois tout au fond.

17:23 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/04/2007

Souffrance

Les larmes aux yeux, la peine au coeur, la bouffe remplissant mon etre entier. L'estomac criant son mal, mes doigts ne demandant qu'a servir pour me rendre mieux. J'ai mal, trop mal, de partout, psychologiquement et physiquement. Je craque, je ne pex plus vivre comme ca. Un imc de 16,8 mais un souffrance qui elle ne diminue pas. CA fait 4 jours que je bouffe toute la journée et que je redonne tout. J'ai passé je sais pas combien de temps au dessus de mon lava[pa]bo. Et la c'est un énorme STOP que je reve de crier. C'est un SOS, un crie de rage et de détresse. Je n'attends que de pouvoir aller rendre visite a mon lava[pa]bo qui sait trés bien que je n'aurais pas pu passer la journée sans passer le voir pour la 3eme fois.

J'aimerais oser dire a mes parents qu'aprés mes exams je veux aller me faire soigner. Je voudrais avoir le courage de leur dire que oui je vais mal, que je souffre trop, que je ne peux plus vivre comme ca. Que oui j'ai peux etre un vrai probleme qui me bouffe la vie. Mes démons me mangent de l'intérieur. Ca fait une semaine et encore plus ces 2 derniers jours que je pense a en finir. Oui avaler tous mes anti-dépresseur, anti-douleur et autre anti chose pour aténuer vraiment la douleur jusqu'a m'éteindre. Quitter cet enfer une bonne fois pour toute. Je déclare forfait, mes démons sont plus forts. Malgrés mon courage et ma force, meme si j'ai réussi a me relever de plein de chose dans ma courte vie, ce combat est le plus dur, et lorsque enfin je sens que je me releve légerement mes démons sont la pour me récraser et m'enfouir dans un énorme gouffre.

Je reverais que l'homme que j'ai rencontré puisse etre la. Je voudrais qu'il soit la pour m'épauler, me tendre la main et m'aider a parcourir le long chemin qui m'attend. Je vodrais au moins qu'il soit la si je chute, qu'il soit pour me ratrapper au vol, m'empecher de m'effondrer dans ma douleur.

Je veux me sortir de la. NON les troubles alimentaires ne sont pas agréables, ils n'apportent que douleur et détresse. Si seulement avec ces quelques mots (maux) cela pouvait faire changer d'avis toutes ces filles qui veulent devenir anorexique (boulimique). Je dis quand meme boulimique car aprés l'anorexie arrive trés trés souvent la boulimie. Je me déteste, je déteste ce que je vis, je veux revivre.

Je n'ai personne autour de moi qui puisse m'aider. JE suis seule dans ma souffrance, seule dans mon enfer. Sur ce je vous laisse, j'ai rendez-vous avec mon lava[pa]bo pour vider mon remplissage que je juge de malsain et gargantuesque. J'ai peur, car je sais que encore en me vidant je vais sentir mon coeur faire sa ola, mon etre entier etre en transe et me suplier d'arreter de faire ca .... malheureusement je ne peux pas.

SOS

19:19 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |