24/06/2006

Pas n'importe quel jour

Aujourd'hui 24 juin 2006, c'est l'anniversaire de quelqu'un qui m'est cher ou plutot qui m'était cher, c'est ses 18 ans! Il a été tout pour moi, mon amour, mon ami, mon ennemi (enfin pas vraiment), il m'a détruit comme il m'a rendu heureuse. J'ai réussi depuis quelque temps a prendre du recul maintenant ca va mieux mais pendant 3 ans il été beaucoup plus que n'importe qui n'a pu l'imaginer. Ca fait 2 ans a peu prés que l'on se voit plus vraiment et pendant ces 2 années j'ai cru mourir a cause de ca. C'est fou l'impact qu'il a eu sur moi.

J'ai une absurde envie de pleurer peut etre a cause de ca et aussi vous vous en doutez parce que je peux plus, je peux plus me supporter. Je me deteste, je me haie je voudrais creuver comme une merde, j'ai envie de me balancer par la fenetre j'ai envie de m'ouvrir le corps pour faire ressortir cette graisse! J'ai envie de tout casser, de tout jetter, je crois que je vais allé jetter les trucs qu'il y a dans le frigo!! J'ai peur de cette bouffe, j'ai peur de mia, j'ai peur de moi, de mon poids, de ma graisse, je voudrais me détruire. Me détruire, ca fait deja des années que j'y travail, bizar d'en parler comme un travail. La, maintenant, j'ai une envie grandissante et bientot incontrolable de m'ouvrir les veines. Je veux voir mon sang couler, mon corps se vider, mon etre s'épuiser, mon coeur s'arreter, et mon ame s'envoler. Il n'y a pas de mot exact pour identifier ce que je ressens envers moi, il y en a trop, toute cette haine, cette colere, cette rage, cette culpabilité, cette honte, ce dégout, ce gras, ce poid, cette horreur ...                                                       

                                                                     

C'est fini plus de crise plus de bouffe tout ca n'existe plus tant que je n'aurais pas maigri. Il n'y a que lorsque je suis vide, je maigris, je me sens légere (meme si pour l'instant c'est impossible vu mon poids enorme) que je suis heureuse, que j'ai le sourire. Je me sens perdue encore et encore, tous les jours me semblent idem, mon état est de plus en plus pitoyable. Mais je n'est pas peur de le route, faudra que j'vois faudra qu'j'y goute, des méandres aux creux des reins et tout ira bien ana, le vent nous portera ... Je veux voir mes os, ils me rassurent, et je trouve ca tellement beau. Completement perdue mais totalement motivée pour fondre tjs fondre ...

19:00 Écrit par F | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

petite fée ne commet pas d'acte irréparable,je sais ce serais tellement plus facile ,je te comprend,j'y suis passée moi aussi ,mais bat toi nom de dieu!!
reprends toi ,il est temps que tu arrêtes d'être une victime,ce n'est pas par ce qu'une personne n'a pas vu en toi l'être sensible que tu es qu'il faut généraliser,tu n'es pas une moins que rien
je compte sur toi pour améloirer cela

Écrit par : nasta | 25/06/2006

Les commentaires sont fermés.