19/08/2006

Conversations et réflections

Ma mere: "bon, qu'est ce qu'on mange?" moi: "ben, j'ai pas faim. Mais fait toi a manger, t'occupe pas de moi." Elle: "mais non, t'as pas mangé depuis midi, et on avait rien mangé" moi: "mais si, on mange comme des porc, la bouffe nous bouffe." Elle: "arrete un peu, t'es fine, faut que t'arrete de t'obnibuler" moi: "allé c'est bon, laisse tomber"

Autre extrait ::::

moi: "c'est cool les courses sont trés diététiques, pas caloriques" Elle: "mais on va finir par maigrir (elle rigole)" moi: "ben tant mieux, il le faut" Elle: "faudrais pas que tu maigrisse trop non plus, la t'es bien, aprés tu vas etre une tite crevette, c'est pas que j'aime pas mais bon" moi: "mais c'est jolie d'etre une tite crevette!!" ... je met fin a la conversation

Tout a l'heure :::::

Elle: "je te fais des pates? t'as faim?" moi: "..., euh nan enfin nan mais euh nan" Elle: "bon si." moi criant dans ma tete: "nan j'ai pas faim, oui j'ai faim mais nan je veux pas manger, je veux pas manger car ca me détruit de manger,manger me rend folle,manger me grossi,mangé me tue!!! Lache moi et laisse moi jeuné en paix!!! Tu vois pas que tu me fais mal a toujours me demander ca, toujours me faire des réflections !!! ARREEEEETTTEEEE !!!

Pendant ma semaine avec mes copines:

Une copine se sert a manger mais le plat est quasiment vide, presque rien ne tombe dans son assiette. Une autre copine: "Mais arrete de faire ton anorexique !!" (elle rit et toutes les autres aussi.). moi dans ma tete"Quelle blague et la souffrance dans sa tete avec son assiette preque vide, l'anorexique elle l'a et elle vous dit merde!! Comme si c'était drole!!"Je me tais ne ris absolument pas et reste la écoeuré!.

Ce serait impossible de faire la liste de toutes ces reéflections, ces conversations qui m'étaient ou non adressé, ce serait trop long. Vous dire toute la peine, la colere que j'ai ressenti et que je ressens, n'est surement pas necessaire, vous devez la connaitre et donc me comprendre. Mes copines ne pensent pas atteindre quelqu'un en fesant des réflections comme celle la (il y en a eut tellement d'autre, d'ailleurs un jour j'ai craqué "mais arretez de parler de ca tout le temps merde" moi qui essayais de pas y penser, elles m'ont renfoncer et j'ai fait restriction, je mangeais, car aprés elles auraient blabalalala ... mais trés peu.) car je ne suis pas maigre comme tous les gens croit que les ano sont. Pour eux ano rime avec os, squelette. Ils est vrai que tot ou tard ... mais moi entre ana et mia je suis ni l'un ni l'autre. IMC de 18, tellement énorme. Je maigris, je grossis ect ... Mais c'est fini, j'en peux plus, je veux plus regrossir aprés avoir maigris, je lutte et je vire mia, elle me fais trop de mal.

                                                               

 

21:47 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Un 36 tonnes... ...n'aurait pas suffit si j'avais voulu écrire toutes ces phrases assassines et les stoker. Je ne pense pas que les gens soient conscients du mal ou de la rage que cela peut produire en toi...on devient parano ausi parfois c'est abusé. Les gens parlent que de boufe de toutes maniéres. cela m'a insupportée longtemps, je me sentais vsée chaque fois puis je me suis rendue compte que les gens sont comme ça. Parlent que de leur foutu repas, parceque c'est le partage le repas. Et ça représente un moment agréable. et si tu as droit a des remarques plus déplacées,tu as le droit d'intervenir merde, et si ce sont des amis alors ils te pardonneront de ce coup de gueule, mais ensuite pourraient-ils peut -être se demander comment tu vas tout au fond, Toi. Tu ne peux jamais évoquer le sujet clairement, à part ici?
Bizouilles
PS: On peut etre considérée en dénutrition bien avant d'avoir atteint le stade squelettique. Tout dépend de la ou on part. Personne ne se demande jamais ces choses là. Imgine que tu fasses 93 kg et que t'ne perdes 20 en quelques mois, tu serais toujours un peu ronde, mais n'empeche que tu serais pas trés en forme aprés une telle perte, alors oui, évidemment...'sont cons les gens des fois hein? Peut pas leur en vouloir ;P
Bizes

Écrit par : AnOrchidea | 20/08/2006

salut ! je te lit depuis le début,je ne sais pas si tu t'en souviens mais moi aussi,j'étais boulimique et anorexique (ça dépendait des moments).
j'ai foutu mon corps et mon esprit en l'air pendant des années qui m'ont semblé une éternité.
chez moi ça a commencé à l'âge de 13 ans,j'ai supporté tout ça trop longtemps,par ce que personne autour de moi qui voulait m'aider,ma mère m'a même dit un jour lorsque j'avais 16 ans que ça la débarrasserait bien si je réussissais à crever mais que je n'avais pas le courage de le faire proprement.
enfin soit ,j'ai grandi dans ma tête et j'ai arrété de vouloir plaire à ma mère qui de toute façon ne rêvais que d'une chose : me voir crever, et j'ai décidé de tout faire pour vivre et m'accepter.
la spiritualité m'a beaucoup aidé, j'ai lu les principe du tao ,des livres de sages tels que le lao tseu,etc(sans que ça me prenne la tête).
je peux te donner une idée de ce qui est dit:
"je respecte mon corps et l'entretien avec soin"
pour la sagesse chinoise, entretenir son corps est avant tout un acte moral.Notre corps ne nous appartient pas, c'est "une forme qui nous est fournie par le ciel et la terre",.
maintenir notre corps tel qui nous a été confié n'est pas suffisant, nous devons travailler à en optimiser toutes les potentialités.
corps et esprit sont intimement liés: en agissant sur le premier, nous perfectionnons le second.
il faut avoir conscience de cette unité profonde et sentir combien l'exercice physique régulier est capital pour l'équilibre intérieur.
en gros cela veux dire que notre corps n'est pas un ennemi, au contraire,et on doit tout faire pour le voir comme une superbe machine perfectionnée avec laquelle on peut faire ce que l'on veux si on prends le temps de l'écouter et de la connaître.
je ne sais pas si ça te parle ce que je te dit mais pour moi ça m'a aidé de voir mon corps autrement qu'un tas de graisse immonde et inutile, je me suis rendue compte qu'en essayant de le comprendre,de m'écouter je devenais ma meilleure amie et c'est très important,comment veux-tu que l'on t'aimes si tu ne t'aimes pas toi même?
je me permet de te parler comme ça car,il y a une dizaine d'années j'étais toi,avec les mêmes angoisses et peurs,mais on peut s'en sortir crois-moi.
je voudrais ajouter une dernière chose extrait du livre "dis -moi où tu as mal, je te dirais pourquoi":
la boulimie:
elle est le besoin compulsif et parfois non maîtrisable d'avaler de la nourriture. il peut devenir tel que les personnes touchées se font vômir pour pouvoir manger de nouveau.cette forme grave conduit directement à la dépression si elle n'est pas soignée intelligemment et vite.
la boulimie nous parle du besoin de combler un vide existentiel, de gérer nos angoisses à tout moment par la nourriture.
celle-là représent notre premier rapport à la vie et au premier être qui nous aime et nous donne la vie,c'est à dire la mère.
la relation que nous entretenons avec la nourriture est fortement imprégnée du "souvenir" de cette relation à la mère et du caractère satisfaisant et compensatoire qu'elle a pu ou su jouer.
chaque tension, frustation, manque, besoin de compenser, se fera par la nourriture.
la peur, l'incertitude de ne pouvoir recommencer entraîne l'attitude compulsive et répétitive ou bien le stockage.

l'anorexie

elle représente le phénomène exactement inverse.la relation d'affect avec la mère et sa représentation nourricière ont été insuffisantes.
mère "absente", peu aimante, qui ne désirait pas l'enfant ou bien voulait un garçon à la place d'une fille(ou une fille à la place du garçon) sont autant de mémoires qui dévalorisent parfois le rapport à la nourriture et font qu'elle n'est plus attrayante pour nous ou même pire qu'elle nous est repoussante.
là aussi, l'anorexie peut devenir grave au point d'amener la personne à la dénutrition mortelle de son corps.
peut être que tu devrais renouer le dialogue avec les personnes qui te sont proches, demander de l'aide n'est pas un signe de faiblesse,rappelle toi comment tu étais enfant , qu'est ce qui te plaisait tant dans le fait d'être une enfant et que tu ne retrouve plus dans ton statut d'adulte?
il y a plein de solutions,tu as juste besoin d'être écoutée.
une dernière petite phrase pour réfléchir : " chaque problème a sa solution, si il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ! "
j'ai été très longue, j'espère que ça te réconfortera et t'aidera un peu.
gros gros bisous

Écrit par : nasta | 20/08/2006

Les commentaires sont fermés.