25/08/2006

Agonie ...

Je suis seule ce soir, mes parents sont partis pour le week end, mon frere pour la nuit. Je viens de gerber mes trips, je suis lasse, je me sens triste, je sais pas pourquoi. Une amie me demandait ce que je fesais ce soir, une amie, une vraie, pas au courant mais la quand meme pas souvent mais des que possible on se voit. J'ai vraiment voulu lui dire que j'étais seule chez moi qu'elle pouvais venir si elle voulais mais j'ai pas réussi. J'ai remis ca a demain. Comme demain mon frere fait une fete je prefere lui dire de venir quand il y a déja des gens. La je vais passé ma soirée a faire du stepper, des abdos .... Voila a quoi se resume ma soirée.

J'ai croisé mes "amies" en ville tout a l'heure. Oui je suis sortie de chez moi seule, faire ma carte de bus. Elles allaient faire du shopping et m'ont dit "on s'appelle" ... J'ai envie de pleurer mais ca y ai je n'y arrive plus. Je recherche quelqu'un a qui parler mais je ne trouve personne ... De toute facon j'ai l'impression de parler muet, d'avoir des maux sans mots ... Je m'enfonce jour aprés jour dans ma transparence, dans ma disparition ... Je reste seule a iberner, je ne veux voir personne mais je veux voir tant de monde, je n'arrive pas a parler mais reve de blablater sur tout ce qui se passe dans mon cerveau. J'ai peur de cette nouvelle année qui commence, j'ai été trop décu des gens de leur facon d'etre, j'ai l'impression que je ne trouverai jamais de personne qui puisse me soutenir ... Je n'arrive meme plus a expliquer ce que je voudrais tant cracher . Toujours comme ca, quand ca va vraiment pas, impossible de cracher mes maux, ils sont coincer dans ma george, ils me font mal, je n'arrive plus a déglutir, et je n'arrive pas non plus a les gerber.  

21:06 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Connais... ...cette sensation.
Tout devient paradoxal. Envie de disparaitre mais qu'on nous remarque quand meme. Envie de parler mais blanc. Se remplir pour combler le vide mais il ne disparait jamais. Vouloir gueuler à tout lemonde que non tout est en train de merder mais tout garder. Vouloir faire des efforts mais se détruire de plus belle. Essayer de prendre soin de soi et se tuer. Allons danser sur le fil...
Vomir les maux.
Parler des maux avec des mots. Parle, essaie. Vomir c'est toute seule, la gueule dans la cuvette. Et rebelotte le lendemain. Parler c'est échanger, se soulager de maniére constructive. A un psy, à une amie, à tes parents, j'en sais rien. Fais le pour toi ma belle. J'ai décidé de bouger ce soir, parceque sinon pareil que toi et pas envie de gacher ma soirée. BizouilleS

Écrit par : Anorchidea | 25/08/2006

hiya Il faut que tu gerbes les mots pr te sentir mieux. Ici ou ailleurs ms il faudrait que tu le fasses. Je suis de tt coeur ac toi !
Bisou !

Écrit par : Foody | 25/08/2006

Les commentaires sont fermés.