06/09/2006

Blazée ...

Je sais pas vraiment quoi vous dire, je ne sais plus comment parler, crier, écrire, sortir tout ce que mon cerveau, mon corps, mon coeur retiennent en eux ... Ca fait quelque jours déja que je ne me suis pas pesé, j'attend, je repousse l'échéance a plus tard en me disant "pas tout de suite tu vas encore maigrir ces jours ci attend tu sera encore plus heureuse ..." Alors c'est ce que je fais, plus de 20h que je n'avais pas mangé, heureuse, fiere, puis "repas" que je qualifirai de gargantuesque meme si il n'atteigna que la modique somme de 200kcal !! Puis, car oui ca continu, aprés etre revenu d'une aprés midi chargé (qui fait bruler les calories) je me jette sur le pain, puis prend un "repas" sont avoir faim, sans envie mais je me l'ingurgite vite fait bien fait comme un ogre n'ayant pas manger pendant des années !! Lentilles, saucisses de strasbourg, pain, yaourt, pain, 1 oeuf !! Sensation horrible d'etre étrangere a ce corps déguelasse remplie de merde !! Une seule envie ... vomir, purger, décrasser, laver mon corps de toutes ces impurtés qui me pourissent de l'interieur. Gerber pour une énieme fois ma honte, ma culpabilité d'avoir autant mangé, d'avoir laisser mia me controler. Recracher toute ma haine envers moi meme dans ce lavabo ... J'y vais, j'y cours.

                                            

Je me retrouve encore devant ce lavabo blanc tout a fait normal que je jugerai de horrifiant depuis que mia a débarqué. Aprés ces jours de jeune ou de restriction sans vomissements donc je refais un face a face brutale avec Mr lava[pas]bo. Les doigts au fond de ma george je vomis, je me détruit, je gerbe encore et encore, je me vide, je recrache tout. Je gerbe presque sans m'arreter, je ne veux pas m'arreter, je me dégoute et je veux tout vomir. Je manque de m'étouffer avec cette merde plusieurs fois. Je me releve de temps en temps quand je sens que je n'en peux plus qu'il faut que je fasse une "pause" et je me vois dans ce miroir qui me revoit une image trop violente, trop moche, trop honteuse de ma pauvre tete. Encore, je recommence machinalement la torture quand tout a coup je me rend compte que le "stop" est arrivé. Lavabo bouché . Et voila que commence une situation minable qui me renvoit a la pauvre tache que je suis. Je me démerde comme je peux pour vider le lavabo de ma purification ... Je me dépeche, ai peur d'en foutre de partout, j'ai honte encore et encore, puis une cuvette sous mon purgatoire je bricole la plomberie pour débouché ce merdier ... Heureusement que ce foutu lavabo s'est bouché en ma présence et que c'est moi qui l'ai réparé, vidé et lavé . Ma gerbe, ma honte, ma culpabilité étaient dans les tuyaus ... Quelle horeur, quelle fille pitoyable je suis ...

Je prend vite ma douche me sentant plus crade, plus crasseuse que d'habitude. Me savonner le corps est un suplice je me dégoute, ce corps me dégoute, je ne veux meme pas le toucher. Je me force (il le faut) et commence a frotter, frotter, décaper mon corps, presque a m'arracher la peau ... Je rince ce truc qui est mon (?) corps a l'eau froide, le seche et l'habit avec cette frustration d'etre une raté, une merde et d'etre grosse, d'avoir pris 10kg a cause de cette crise (meme vomis en majorité).

Mon lavabo, mon purgatoire m'a dit "stop". Ce n'est pas mon corps qui ne voulais pas que je vomisse, c'est mon lavabo trop encombré, trop dégouté de ce que lui inflige, il a serré la george au lieu de l'ouvrir et a décider de stoper le carnage ...

Yeux rouges de l'effort, george irritée, joue gonflées, gout de sang en bouche, corps détesté, moral submergé, fée clochette blazée ...

                               
                               
.FIN de la scene.

Dsl de vous avoir infligé ce moment que je viens de vivre il y a 1h, détails affligeants, dégoutants mais j'ai eu tellement besoin et j'ai peut etre pensé au fond de mon etre sale que ce genre de situation n'était peut etre pas arriver qu'a moi. Et puis je sais (je pense savoir) que je ne serrais pas jugé, que vous etes les seules a qui je peux parler, que je peux raconter ce genre de choses sans etre jugé. Cela ne m'enleve pas la honte interieur ...

21:44 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Frissons... ... en lisant ton post. Tu utilise des mots crus, durs mais tellement vrais... C'est fou comme on se rend compte du ridicule de la situation ou de la honte qu'une crise de bv peut engendrer mais ... toujours après avoir crisé... jamais avant... J'ai l'impression chaque fois que ce n'est pas moi qui crise, qu'une autre a pris ma place! Mais non, c'est bien moi! Et la honte, personne ne nous l'enlèvera.

Je te fais plein de bisous d'encouragement mistinguette!

Écrit par : ChaCha | 06/09/2006

Pti coucou! Merci pour ton passage sur mon blog.
bisous.

Écrit par : Mlle M. | 07/09/2006

la crise Je trouve que tu as bien fait de decrire ta crise avec tous les details,ça va te permettre d'y revenir a tête reposée pour comprendre encore plus ce qui a pu declancher la crise.
Tu as raison,on ne peux pas te juger,on vit la même chose,on est dans la même galère.C'est pour cela qu'il est important de se soutenir,parce que l'on se comprend!
J'espère que ça va aller miss,toutes ces émotions qui surviennent après la crise sont difficiles a gerer.
Bon courage et biz

Écrit par : naima | 07/09/2006

... C'est horrible les bv,et ce sentiment de culpabiliter de dégout je pensse que toute celle qui souffre de tca le connaissent...Tes mots sont brut et on voit bien la ta souffrance.Sache que ici en tout les cas personne ne te gugera tour simplement parce que l'on te comprend mieux que personne,sache que je te comprend et j'te souhaite beaucoup de courage,et j'éspère qu'aujourd'hui tu va mieux.
Gros bisous ^^

Écrit par : Livy Rose | 08/09/2006

... te lire m'a ramené quelques années en arrière, j'ai connu ça aussi .
j'aimerais que toi et toutes les filles qui viennent te lire sachent que l'on peut se sortir de cette merde, j'en ai souffert pendant 10 ans .
ça fait 10 ans maintenant (oui, je sais je suis une vieille par rapport à toi ,j'ai 33 ans) que j'ai dompté cette maladie, ce n'est pas évident ,mais ce qui m'a aidé c'est de me voir en crise (comme toi quand tu as aperçu ton visage dans le miroir ),et le début du déclic à commencé.
je me suis dit:" soit tu reste une merde tout le reste de ta vie et tu donnes raison à ton entourage, soit tu décides de t'en sortir d'abord pour toi et ensuite pour leur prouver à tous ces cons qui ne croient pas en toi que tu vaut bien plus qu'eux"
c'est peut être débile, mais c'est ce qui m'a aidé en plus de la thérapie comportementale,comme son nom l'indique cette thérapie agit sur les comportements et nous aide à se défaire de nos mauvais gestes tout en guérissant l'esprit.
à toi de trouver ce qui pourrais te sortir de là.
une dernière chose qui m'a beaucoup aidé à arrêter de me faire vômir ou du moins à espacer ,c'est quand le thérapeute m'a appris qu'à force de vômir je risquais de me déchirer l'oesophage et de crever d'une hémorragie, et mourrir pour moi est la plus grande angoisse.
paradoxal quand on sait que l'anorexie conduit à cela .
j'aimerais tant t'aider à te sentir mieux et j'espère que je te redonne un peu d'espoir,je suis la preuve vivante que l'on peut s'en sortir.
le chemin est long, difficile, semé d'embûches,on rechute, on tombe, mais l'important c'est de garder espoir et de se donner la force de continuer.
ça vaut le coup de se battre, il y a tant de chose à faire dans une vie ,elle nous réserve de bonnes surprises quand on prend la peine de la voir autrement.
je vous souhaite beaucoup de courage à toi bien sûr et aussi à toutes les autres filles .
bisous et à bientôt.

Écrit par : Nathalie | 08/09/2006

Les commentaires sont fermés.