23/09/2006

Prisonnière ...

Catastrophe, seul et unique mot qui peut imager ce que je vis en ce moment. Je ne comprend plus rien du tout a ce qui m'arrive. Comme en pleine foret dans la nuit, comme une droguée trop stone pour comprendre ses actes ... Qu'est ce qui m'arrive. 2 jours que je bouffe, comme une vache, que je sais que j'ai tord, que je sais que c'est horrible que je vais grossir comme un buffle, que je suis encore une patate !! Pas faim, jamais faim, comme si cela n'existait plus. La faim est comme un mythe. Bouffer, ingurgiter du pain beaucoup de pain et d'autres merdes mais ne jamais comrpendre pourquoi.

Sans faim ni fin, les larmes aux yeux, le coeur et le corps lourd de ces actions débiles. Tout autour de moi semble flou, semble perturbé. Comme un reveil brusque dans une réalité fatale, la bouffe me rend completement folle. Ce que l'on appel nourriture est pour moi comme des menottes invisibles, une prison mobile dans laquelle je suis enfermée. Plus je "mange" plus la cage se reserre. Sans plaisir ni compréhension, elle me bouffe autant que je la bouffe.

Sensation permanente d'etre obese mais nouvelle. Comme si tout été neuf, d'un neuf vieux, usagé, pourrit. Sentiment d'etre nulle, plus que sans volonté, plus que grosse, plus que débile. Appréhension heure aprés heure des soit disant repas qui nous font "vivre". Repas sans valeur, sans odeur, plein d'horreur. Nerf a vif de toujours se méfier, de toujours repousser mia qui est invisiblement colée a moi. Corps ne m'appartenant plus, ne me satisfaisant toujours moins qu'hier. Honte et culpabilité praisante, stagnante dans les eaux troubles de mon cerveau. Maux profondément encrés dans un esprit et un corps mutilés. Envie d'en finir avec tout ca, envie de se débarasser d'un etre sans valeur, sans joie, sans bonheur. Maigrir mon seul et unique moyen de survivre dans un monde *surnaturel, irréel* qui m'accable. Plus envie de me battre, plus envie de vivre. Me laisser sans penser, ne plus me culpabiliser, ne plus me déprimer ... Utliser les dernieres forces qu'il me reste pour tenter *surement en vain* de repousser la cage, de repousser les murs qui m'oppressent. Jeuner ma seule force, mon seule acces a une liberté *surveillée*.

                                         

13:43 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

... oué...
le corps, la prison, le fléaut..
la faim qui n'existe plus
et jveux exploser bordel...
jsuis désolé d'ecrire ça
je sais même pas quoi ecrire,
juste que je comprend
tes mots sont aussi les miens
et un jour on sera libre

Écrit par : aude | 23/09/2006

coucou petite fée.... ton texte m'a bcp touché,tant de souffrance dans tes mots!!!
Tu sais,je trouve un peu d'aide dans les livres parfois,par exemple j'ai lu un petit livre sur la boulimie,le faim sans fin,ça permet de comprendre des choses sur notre maladie,cette dépendance a la nourriture....on ne sait jamais ça peut t'aider a sortir de cette mauvaise période.
Que te dire jolie petite fée,si ce n'est que tu dois continuer le combat,si tu as envie de parler tu peux me contacter sur mon mail,il figure sur mon blog,j'aimerai te soutenir plus!Courage,ce n'est pas parce que l'on est tombé qu'on ne peux pas se relever!!
Courage,la petite fée que tu es vas retrouver ses ailes pour remonter à la surface.bisous

Écrit par : naima | 23/09/2006

... Je reste sans mots devant ce magnifique teste remplis de souffrance...
Je comprend,je te comprend..
Courage,mia est sournoise et vient nous pourir l'éxistance sans jammais,jammais crier gare...toi mm tu sais..
Tout ira mieux demain (phrase a la con,mais qui moi me réconforte quand on me la dit,alors je la tente avec toi ^^)
Big kiss

Écrit par : Livy Rose | 23/09/2006

Salut miss Ton dernier article m'a beaucoup touchée car je m'y retrouve...
Je te souhaite beaucoup de courage et je suis sûre que ces crises ne sont que passagères, comme pour beaucoup d'entre nous...
Gros bisous, et n'hésite pas à me contacter.

Écrit par : Marjorie | 24/09/2006

Les commentaires sont fermés.