09/12/2006

Retour laborieux

Me revoila, aprés une longue et courte absence. J'ai lu le post de Miss Crystal et je me suis dis qu'elle avait raison, qu'il valait mieux que je fasse sortir mes maux en trouvant mes mots ...

Une longue et courte période épuisante de boulimie qui j'espere se termine. Fatiguée, énervée, enragée de tout ca .

J'ai repris du poids et compte bien en reperdre encore et encore. Un mal etre qui se réinstale petit a petit en meme temps que mon corps se sali. Aujourd'hui bonne journée, presque rien avalé mais je reste toujours vigilante. La sensation de "faim", de vide me rend heureuse . Ca fesait longtps que je ne m'étais pas senti ainsi.

J'ai pensé ces derniers temps a annoncer clairement a mes parents que je suis boulimique et anorexique. Que j'ai un probleme lourd avec la bouffe. Mais rien n'y fait je n'ai pas pu. A la place je demande a ma mere de cacher tout ce qui pourrait me tenter ...

Je me sens tellement mal. Toujours prisonniere, impossible de s'évader, je pense, ressasse et souffre encore et encore de tout ca. Je me dégoute et ai peur, trés peur de ces aliments horriblement grossissant qui peuvent m'entourer.

Mais le pire dans tout ca c'est la solitude, l'impression d'etre seule avec et contre ca.

Je ne peux etre soulagée et plus détendue que lorsqu'Ana me sert tendrement et fortement dans ses bras froids et légers. Avec l'hivers qui arrive, mes doigts sont de plus en plus souvent froid. Ils sont rouge vif et douloureux a cause de la charcuterie que je fais d'eux, M'arrachant encore et encore la peau, oubliant les ongles et aller jusqu'a la chair vive et ensanglantée.

Mes joues creusées me paraissent magnifique et mes os pointant de plus en plus leur nez sont aussi agréable que de la soie pour moi. Plus je maigris et plus je me sens bien. Sentiment aussi incomprehensible qu'insensé mais tellement réel.

Voila plus d'un mois maintenant que je prend des anti-dépresseur, et je vois ma psy plus régulierement. Je tente désespérement de comprendre, d'aller profondement des les sujets les plus douloureux mais je n'y arrive plus, je ne comprend plus et je fatigue a force de chercher d'ou viens cette rage, cette peur, ces angoisses, cette haine de moi et de mon corps, ce rejet perpétuel de grandir, d'avancer ...

J'espere avoir de vos nouvelles, des commentaires, des mots et des maux , des signes de votre présence car j'en ai fortement besoin ...

                                     
sept 2006 058 bis
 
       
 
            Une petit photo de moi, enfin pas entiere ...

18:52 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Je me demandais, sais-tu pourquoi tu n'es pas arrivée à parler à tes parents? Leur dire serait une forme de reconnaissance de la maladie.

J'aimerais juste que tu ne t'enfonce pas trop dans la maigreur, que tu t'accroche à ta psy même si tu n'en ressens pas les bienfaits immédiats, au pire changes-en, mais garde le contact avec quelqu'un qui pourra te servir de bouée si tu vas trop loin...

Écrit par : Hayah | 09/12/2006

Je suis tombée sur ton blog hier soir juste apres une de mes nombreuses crises journalieres , je me retrouve dans ce que tu ecris et je me sens moins seule , je suis boulimique vomitive depuis 4 mois , je me trouve enorme , je veux maigrir tout les soirs je me dis " demain c'est fini " et tout les jours sont de pire en pire , dsl de raconter ma vie , mais ça me ferait plaisir si on pouvait en parler et je pense qu'on pourrait un peu s'entraider , on est nombreuses dans la meme galere !

Sur ce , je te souhaite bonne chance !

Bisous

Écrit par : Estelle | 10/12/2006

... contente d'enfin avoir de tes nouvelles même si celles-ci ne sont pas très rassurantes.
accroches toi petit ange et continues ton travail avec la psy.
en parler avec tes parents permettrais de percer l'abcès, mais tu dois te sentir prête à le faire, ne te force pas si tu ne sens pas le moment venu.
même si ça fait longtemps que je n'ai plus laissé de commentaires, je passe tous les jours voir si tu donnes de tes nouvelles.
et mon nouveau boulot me pompe pas mal d'heure,mais bon ...
je te fais des milliers de gros bisous et accroches-toi,tu passes encore une mauvaise période mais ça va aller, j'en suis sûre!!!
bisous tout plein !!!!!!!!

Écrit par : nathalie | 10/12/2006

Ce serait peut etre bien que tu puisse trouver le bon moment pour en parler a tes parents,ils peuvent t'aider s'ils savent.Garder ce lourd secret pour toi c'est bien trop dur et cela te fait te sentir seule.Par contre ana ou mia,les 2 nous détruisent.T'es tu deja demandé pourquoi il fallait tjs que tu maigrisses?Est-ce pour t'effacer,par peur d'exister ou mm de vivre!Faut pas te laisser aller avec ana elle ne vaut pas mieu que mia mm si parfois on croit que c'est plus vivable avec elle.Voilà,jolie petite fée,je te laisse.bisous

Écrit par : naima | 11/12/2006

tu n'es pas seule.
tu es toute seule. ça peut paraître paradoxal mais non. nous sommes pleins dans le même cas que toi Mais, tu es toute seule, nous ne pouvons pas t'aider parceque quand tu te leves le matin avec l'envie d'un viennois au nutella, personne d'entre nous ne peut te dire "nan n'y va pas".

parler à ses parents ... ne sert à rien. les miens n'ont pas compris. ils ont fait oui oui, mont aidé une dizaine de jours puis on cru que j'allais mieux et ont oubliés.

les médecins ? oui pourquoi pas, j'ai essayée, je n'avais pas assez de volonté.

c'est idiot ce que j'écris. je m'etais pourtant dit que jamais je ne tomberai dans l'engrenage de ces blogs si tentant qui font pensé que les autres sont la et peuvent t'aider. encore une fois j'ai échouée, (ça devient une habitude) pourquoi ? besoin d'aide peut être. envie de croire que je ne suis pas seule.

pardon

Écrit par : ether | 13/12/2006

Les commentaires sont fermés.