19/12/2006

Ce soir ...

J'ai osé hier soir a parler a ma mere, je regrette, je regrette beaucoup car on ne s'est pas comprise, ele croit que je mange "un peu trop" de "temps en temps" et je n'arrivais plus a parler, a trouver mes mots pour lui faire comprendre que ca m'arrivait plus souvent qu'elle ne le pense, que ca me détruit de plus en plus, que je suis mal, trop mal et que je n'en peux plus.

vomirUne partie de moi meme lutte contre l'autre, elle lutte pour me sortir de cet enfer que je ne supporte plus. J'ai du mal, c'est dur, et je ne trouve pas de moyen pour m'en sortir. Ma vision (fausse ?) de mon corps gros, gras, impure me rappelle tous les jours que je dois maigrir, que je dois me purifier et devenir une plume, un esprit volant dans un monde de souffrance.

De temps a autre je me dis et me confirme que le seul moyen de sortir, de m'enfuir des catacombes de mon esprit c'est de mourir. Tuer mon corps, anéantir et liberer mon esprit.

En ce moment je suis triste, je suis déprimée, et c'est bizarre car depuis que je prend des anti-dépresseur normalement ca va mais la c'est dur. Je fume de temps en temps pour me faire planer et ca me fait du bien, je reste raisonnable enfin je fais attention.

Ma chambre est un vrai cauchemar, j'ai la fleme de tout, je ne range pas grand chose et meme si ca me saoule de m'en fout.

J'ai du mal a sourire, du mal a vivre, il m'est impossible de me souvenir la derniere fois ou j'ai manger sans me sentir coupable. Je ne peux plus me rappeler la derniere fois ou manger a été un plaisir, ou quand ma balance ne fesait pas partie de ma journée. Je me sens si pleine mais je suis si vide.

Je suis mal, tellement mal et je trouve personne qui puisse comprendre ce mal, cette peur, cette culpabilité qui m'habite. Je perds jour aprés jour la force de me battre, la force de vivre, d'etre.

Je me bat contre quelque chose qui est encré en moi, contre quelque chose que je n'arrive meme pas a nommer vraiment a haute voix, contre une chose dont je sens avoir besoin. Je sais que si ana et mia disparaissent je n'existerais plus. Si elles partent je ne serais plus rien. Elles sont ma vie, ana me remplit de bonheur et mia me tue de souffrance. Elles sont mon amour et ma haine.

Quod2

 

Le mot "nouriture" n'a plus de sens, le verbe "se nourir" est inconjugable.

Noel ne se sent pas venir chez moi, tout est pareil. Toujours pas de sapin, aucune déco déposée, rien. J'ai fais mes courses et ai trouver des cadeaux, j'ai gaté mes parents cette année, peut etre pour me faire pardonner d'etre ce que je suis, de ne pas pouvoir vivre comme toutes les jeunes filles de mon age, pour me faire pardonner toutes les ouffrances que je leur ai fait endurer toutes ces années.

Pour rajouter a ma longue liste de culpabilité, je me sens coupable vis a vis d'eux, c'est peut etre pour ca que j'ai toujours voulu fuir, toujours voulu partir loin, loin d'eux, loin de tout, loin de moi. Un refus constant et incessant de grandir, de faire du mal, d'etre méchante et en contre partie une envie incontrolable de m'envoler au loin, de me faire du mal et d'etre méchante envers moi meme.

J'ai appris il y a quelque jour que tous ces "amis" que je ne revois plus on dit beaucoup de mal de moi, et ca depuis longtemps, ils pensent que je suis folle, que je suis completement débile car je me suis scarifiée. Je repense de temps en temps a recommencer et je crois que ce soir je vais le faire. Faire mal a mon corps, l'ouvrir pour laisser couler des larmes de sang, des larmes qui reprentent ma souffrance, ma détresse, ma perte, des larmes qui liberent légérement cette souffrance, cette détresse. Laisser ces larmes rouges couler, tomber, marquer fermement le sol et me renvoyer la douleur.

Des "amis" m'ont souvent fais remarquer que je fumais pas pour le plaisir, enfin que c'était du plaisir pour moi mais que c'était un désir plus fort que normalement, un désir, une envie de fumer pour m'évader, pour fuir mon corps, mon esprit, pour ne plus etre.(Ils ne disaient pas ca comme ca mais je l'explique plus clairement car je le sais bien). Ils trouvaient ca bizarre.

Ce soir, j'ai besoin de m'évader, ce soir j'ai mal, ce soir je n'ai plus faim et je reve de la fin de la faim.

                                              6

 

19:12 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

.... coupe le cordon,tu ne pourras jamais être une petite fille parfaite.
il est là le problème, des parents qui veulent un enfant sans défauts , qui corresponde à tous leurs idéaux, que cet enfant réussisse là où eux ont échoué.
dur héritage!
courage petit ange, tu n'es pas seule et tu n'es pas la seule,n'oublie pas que je suis la preuve vivante que l'on peut guérir et s'en sortir....il faut le vouloir et tu as cette rage de vivre, laisse là sortir!
je suis avec toi, quoi qu'il arrive ,juste là.....
gros bisous petit ange

Écrit par : nathalie | 20/12/2006

hello miss
je vois qu'on a exactement le même âge, le même parcours.....la même souffrance
je vies de créer mon blog
si tua des conseils ou des astuces ou koi ke ce soit, RDV sur mon blog
je t'embrasse

Écrit par : BOULIMIA | 21/12/2006

Les commentaires sont fermés.