04/02/2007

"Chute vertigineuse"

Me revoila, encore plus décu, attristée et boulversée que d'habitude. Comme je vous l'ai dit j'ai osé cracher le morceau. J'ai oser tenter d'appeler a l'aide a mes parents. Mais l'effet esconté n'est pas au rendez vous.

Me voila encore plus seule et avec en plus les regards et les réflections fondés sur mes paroles incompréhensibles de l'autre jour. Ils n'ont rien compris. Ok je n'avais pas le courage de parler de boulimie ou d'anorexie, ni des vomissements. Mais j'ai essayé d'etre la plus clair possible. Mais rien n'y a fait. Il pensent juste que je fais une légére fixette sur la bouffe et que ca me passera. Ils tentent de me faire manger comme eux et de tout. Mais ils ne voient pas que je ne peux pas. Le frigo est horriblement mal rangé. Moi qui passe tant de temps a tout organisé je ne peux plus. Le frigo me fait tellement peur. On y trouve des kilos de fromages, de viandes et autres cochoneries. Certes des légumes, mais mélanger avec tout ca.

Ces derniers soir j'ai songer fortement a en finir avec la "vie". Je me suis coupée le bras mais comme si une lueur d'espoir vivait encore le sang n'a pas assez coulé. Je pleure toute la journée, visiblement ou a l'interieur de moi meme. J'en peux plus. JE suis tellement désemparé. J'écris et je pleure. Mes pauvres appels a l'aide ne servent a rien. Je suis seule tellement seule dans ma souffrance. Je ne supporte plus aucune nourriture.

vomir

Je passe les 3/4 de mes journées dans ma chambre enfermé a pleurer, a tenter de trouver une petite chose qui me garderait en vie. Je vomis presque tous les jours. Je ne controle plus rien. Je n'ose pas me peser. Je me vois tellement grosse. Je me vois tellement immonde. Je voudrais hurler ma rage !!! Crier ma douleur, gerber ma souffrance, cracher ma "vie".

Des que mes parents me voient ils me disent "c'est normal que tu sois triste, tu ne vois personne" mais ils n'ont pas compris que c'est pas ca. Je suis triste, je souffre parce que la bouffe est en train de m'engloutir. Si je ne vois personne c'est parce que je ne veux voir personne. Et meme si je le voulais il n'y a personne autour. Je suis perdue dans mon etre impure. Je vais bientot feter mes 3 ans de vie commune avec Ana et mia. Et je crois que mia ne m'avait jamais autant détruite. Je voudrais une camisole de force pour m'empecher de manger. Je voudrais qu'on m'emmene loin de tout ca. Je voudrais mourir. Je voudrais tout recommencer et ne jamais te rencontrer toi, démon persécutant, toi mia.

.Tout m'échappe.

sable échape

 

A l'aide, quelqu'un m'entend ? Je m'effondre de toute cette souffrance. Je n'arrive plus a respirer, je n'arrive plus a vivre.

Je suis détruite profondément. Je me suis construite sur des sables mouvants. Batie sur un cimetiere. Une destruction massive de mon etre qui ne vaut plus rien.

J'ai MAL, j'ai tellement mal.

Mais je ne sais comment le montrer. Des que je voudrais hurler ma bouffe se ferme, mes cordes vocales se bloquent et les larmes seches remplacent mes cries de douleur.

Et je reve d'avoir quelqu'un a appelé, je reve de pouvoir parler, hurler ce qui me mange le coeur et l'ame. Mais personne n'est la, ou pourrait l'etre. Personne a contacter en cas d'extreme détresse. Je chute, je tombe, traverse les couches terrestres, rebondis, ricoche, valse. J'attend de m'écraser. J'attend la fin. Il n'y a plus de faim mais juste un corps trop plein.

.Je n'ai plus la force. Je suis épuisée. Je peux plus.

 

.Adieu pour la vie .....

 ..... Adieu pour la nuit.

20:37 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Mon coeur est grand ouvert, mes veines aussi Moi je t'entends...
Je suis Charlotte quand je mange (http://www.les-blogues.com/Charlotte).
Je suis Julie quand je me coupe (http://www.les-jours-sans.skyblog.com)
Je deviens folle, mais ce n'est sûrement pas grave. J'ai demander de l'aide aussi, mais rien, à part des reproches.
Reste avec moi si tu veux, dans le besoin on pourrait mourir ensemble.

Écrit par : Anti-Social Butterfly | 05/02/2007

Oh là là ma belle... ça n'a tellement pas l'air d'aller! Accroche toi! Tu peux demander de l'aide à un psychologue si tu n'as vraiment personne. Va voir quelqu'un ou confie toi encore ici! Mais accroche toi très fort et bats toi! Courage!

Écrit par : rox | 05/02/2007

.. Je t'entend petite fée..
garde éspoir, on finit toujours par se relever
ne tente pas de te tuer, ça ne sert à rien, on se rate trop souvent.
dit toi que tu as atteint le summum de l'horreur mais que maintenant tu vas renaître, nous sommes toutes avec toi.
j'ai lu que pour stopper la dépréssion, il fallait changer quelque chose à sa vie, n'importe quoi tant que c'est un changement positif. Essaye, tout, n'importe quoi, le sport, voir des ami, prendre soin de toi, aller au ciné
tu as le droit d'être heureuse.

Écrit par : Aude | 05/02/2007

Cette maladie n'est pas une fatalité jolie petite fée.Tu dois gagner le combat,tu as le droit de vivre,d'exister,d'etre heureuse....C'"est long et difficle mais on s'en sort c'est sur!!Courage et si tu as besoin de parler,viens sur mon blog y'a un coin ou tu peux envoyer un mail!Bisous

Écrit par : naima | 06/02/2007

Tu peux me téléphoner... Bonjour jolie fée,

Non, tu n'es pas seule. Je t'ai laissé un commentaire sur ton avnt dernier article. Mes parents, à l'époque, n'avaient rien compris non plus, et lorsque j'en ai parlé à ma mère, elle m'a dit, en gros, que ce n'était qu'un effort de volonté, et en plus elle m'engueukait dès que quelque chose avait disparu dans le frigo...Tu imagines l'horreur! Moi aussi j'ai voulu mourir, mais ce n'est pas la bonne solution. Les parents ne veulent pas entendre car cela les renvoie à leur échec de n'avoir pu te rendre heureuse, il ne peuvent pas concevoir qu'ils ont raté quelque chose, qu'ils ne peuvent réparer malheureusement. Même si tout n'est pas leur faute, leur part de responsabilité leur fait peur. A 30 ans, je ne supporte pas de parler de bouffe ou de poids avec ma mère...Je comprends que tu n'arrive à rien faire, que tu ne veuille voir personne, je sui restée moi même des heures dans le noir à manger et vomir, pour vouloir mourir après....Mais c'est là-dessus, à mon humble avis, qu'il faut se concentrer, se forcer un peu, plus que sur la bouffe. C'est un cercle vicieux. Si tu m'écris en privé, je te promets que je ne te laisserais pas tomber, nous pourrons même nous parler au téléphone, tu pourras tout me dire, je comprendrais, je ne te jugerais jamais. Tu vis un enfer, je te tire mon chapeau pour tout ce que tu arrives à faire malgré tout, y comprit à faire vivre ce blog.
Je t'embrasse tendrement,
Une maman qui te comprend

Écrit par : Marie | 06/02/2007

Je sais que tu ne me connais pas mais je lis ton blog et je n'aurais qu'une chose à te dire : S'IL TE PLAIT NE TE FAIT PAS DE MAL. Ca n'en vaut pas le coup ! Je te jure, je comprends ce que tu traverses, je suis passée par là aussi. Je te laisse l'adresse de mon blog, je n'y parle pas de TCA mais si tu as besoin de parler donne moi ton mail et on discuteras, je me sens vraiment concernée par ce que tu vis. S'il te plait, promets moi que tu vas t'accrocher.
Je t'embrasse.

Écrit par : Kandice | 07/02/2007

Les commentaires sont fermés.