02/08/2007

Back from no where

Longtemps que je ne m'étais pas laissée le temps de venir écrire, lacher, gerber mes maux. Je me suis enfuis dans mon travail pour oublier. Le seul endroit ou j'arrive a peu pres a vivre, a "oublier" tout ca. Travailler avec les enfants me permet de m'oublier totalement, n'etre la que pour eux, pour les autres et me laisser dépérir en gardant la peche et le sourire. Malheureusement on m'a voler ce moment de liberté. Une autre fille, une autre anim, mince, presque osseuse, dans la meme merde sauf qu'elle ne le sait pas. Un regard une parole et j'ai su, pas de maladie pour elle ca se voyait qu'elle se croyait totalement "normal". Et je la voyait, et elle me fesait mal, tellement mal, sans le savoir elle me plongeait dans mon néant, dans mon enfer que j'arrivait a peine a fuir.

Elle m'a rejeté dans la réalité, elle m'a cloué au sol et m'a détruite encore. Mon seul endroit de repos est alors devenu un cauhemar, je me fesait ratraper par tout ce que je fuyais. Ratrapé par l'anorexie, par la boulimie,par la dépendance. Plus d'un mois que je ne me suis pas pesé et que je me l'interdit. Les os plus ou moins présent selon les jours ...

3 jours que tout ce qui rentre dans ma bouche ressort directement et fini ainsi dans le lava[pa]bo. La peur qui me prend au trip de grossir. Le pire dans l'action de cette autre fille c'est qu'elle ne se rendait surement pas assez compte pour le moment de ce qu'elle fesait. Et j'arrivais a imaginer l'horreur qu'elle allait vivre quand le controle sera trop dure a garder, quand elles auront gagné, quand elle sera trop faible pour lutter. Un cauchemar que je peux plus me résoudre a vivre, et encore moins a savoir que d'autre vont le vivre ou le vive deja. 3 jours donc que je vomis 3 ou 4 fois par jour, une odeur présente mais fantomatique de vomis ...

Un bonheur meme s'il n'est pas présent de te lire Anorchidea, toi qui est présente en moi meme si il fut une période sans nouvelle. Agréable de savoir que tu es toujours la, a te battre encore et toujours contre nos démons. Je me dis que tout ca ne finira jamais, que je n'arriverais pas a me sortir de ce tourbillon infernale. Quand je sens que les crises disparaissent peu a peu, au lieu de redoubler d'efforts et de me battre pour tout fuir, je me laisse couler lentement dans le courant d'ana.

Je me laisse couler dans ma dépendance, drogue, alcools, troubles, déprime.... Un été qui ressemble a tous mes hivers, printemps et automnes ... la lutte contre ce corps, cette bouffe, cette vie, ces maux.

J'ai trouvé l'homme de ma vie mais comme je suis une fille chanceuse de nature, c'est impossible. Fatiguée de tout ca, de tous ces maux qui s'accrochent et ne se détachent jamais. Je suis lasse.

20:11 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

courage je ne suis aps aussi forte que toi je ne sui pas aussi loin que toi dans mes constats mais tu es forte et tu gagneras

Écrit par : mariaha | 07/08/2007

Tu es très lucide sur ce que tu vis et c'est une bonne chose...c'est très bien d'écrire, ça permet de voir plus clair.
Acrocche toi... la route de la guérison n'est pas facile et est parsemée d'obstacles, mais faut y faire face...
xxx

Écrit par : Pascale | 18/08/2007

Keep faith in you Hé la Clochette baisse pas les bras je te promets qu'il y a un aprés, putain lache rien petite fée, rien...ne te laisse pas envahir par "elle" et and be yourself...
Soulagée d'avoir des news même si j'aurai aimé des petits sourires...
Accroche toi, cramponne toi à la vie, à toi

Je t'embrasse bien fort

Écrit par : Anorchidea | 22/08/2007

* peut-être que c'est mieux ainsi, que tu as trouvé des centres d'interêts qui t'occuppent et te permettent d'avoir un peu de paix en toi. Je te le souhaite en tout cas.
Tu manques...
Je t'embrasse et ne t'oublie pas.
Tu sais où me trouver...

Écrit par : anorchidea | 27/08/2007

Les commentaires sont fermés.