11/04/2007

Une VRAI semaine de Bonheur ...

Une semaine de "vacances" (je travaillais quand meme) loin de ma vile, loin de mes proches, loin de mes racines et de mon enfer quotidien.

M'y voici, de l'air pur, des montagnes légérement soupoudrées de neiges, un grand soleil ou de gros nuages. Peu importe l'important c'est ce que j'y vis. Je rencontre l'homme de ma vie, des miliers de points communs, des envies, des projets, tout se concorde en laissant toujours quelques pas de différence pour laisser tout le plaisir d'écouter, de comprendre, d'imaginer et de vivre ce que l'autre déballe. De l'alcool a foison, encore et encore, un enivrement constant pour un sourire présent. Meme le jour sans boisson le rire est la.

La vie, oui la vie revenue en moi pour 8 jours. Presque pas de bouffe, "juste ce qu 'il faut", toujours une petite voix qui me repete que c'est trop gras, que je suis une vache ... mais l'homme, sa présence, ses mots qui couvrent légérement mes maux. Un retour avec environ 3kg en moins, pour un total de 47,5kg. Un bonheur. L'homme me désirant plus que tout, trouvant le toucher de mes os sensuel et féminin. Son corps contre le mien, l'amour pendant des heures. L'amour je dis bien car cela fesait bien longtemps que je n'avais pas coucher avec un homme sans me sentir objet et déchet. Du vrai plaisir retrouvé.

Le seul "hic" ce que nous voudrait dire. Beaucoup plus vieux que moi, mais le meme état d'esprit. Moi mature, lui toujours jeune. Nous sommes bien, nous rions, buvons, dansons, faisont l'amour, discutons ...

Le moment est a nous, et je ne voudrais jamais le quitter.

Retour trop brusque, larme aux yeux, coup de grosse déprime. Me voila retourné chez moi, avec toutes mes racines, mes proches, mes démons. Une crise, je vous écris et m'en vais vomir. Un cercle vicieux qui reprend, une haine, une rage, une envie et une destruction qui revient a la charge. Tout revient comme pour me dire "on ne t'a pas oublié, on t'a seulement laissé respirer"

Me voila, avec un imc de 16,8 pourtant toujours aussi grosse. Ici avec mon imc de 16,8 et toujours cette meme peine, meme souffrance mutilant mon etre entier. Non, malgrés tout ca, je suis toujours aussi triste, toujours aussi mal. Non ca ne s'arretera jamais, jamais jusqu'a la mort ... 

                                                    démonimages
 
 

19:17 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/03/2007

Un jour presque comme les autres ...

Aprés une journée avec 2 compulsions horribles et avec des dégats qui se verront demain matin, je pleure un coup, je me tape, je me refous encore la culpabilité et la haine sur les épaules et je repars "souriante" au travail. Je rentre chez moi (il y a 30 min) et je panique, la bouffe, mes crises, le frigo, mes parents, le lava(pa)bo et la rage. Et puis comme ca tout sort. Mes maux sortent, des mots volent et explique tout en restant dans le flou ma détresse. PAs de mots violent mais juste de quoi comprendre.

Ma mere ne sait plus trop quoi dire, elle tente des petites phrases comme d'habitude fesant croire qu'elle sait de quoi elle parle mais sur ce coup la je l'ai stoppé net. Non cette fois ci elle ne sait pas, elle ne dira donc rien de plus qui pourrait me rendre hors de moi. Je profite de cette conversation pour manger.

Elle en vient donc au probleme, aux solutions. Elle veut que j'aille voir une diététicienne (j'ai dit que ca servirai a rien ... pour l'instant je pensais), et aussi un endocrinologue. Je ne sais pas si je suis prete mais au fond de moi je le veux, je veux retrouver du soleil, je veux avoir chaud, je veux arreter les compulsions, je veux simplement arreter cet enfer.

A tout probleme existe une solution, reste donc a la trouver, a la vouloir et a la mettre en oeuvre ... Est ce que je la veux ?

19:36 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/03/2007

C'est pas une vie ....

.Me revoila pour gerber mes mots (maux).

Ces derniers temps j'ai beaucoup cracher ma haine, dans le lava(pa)bo entre autre. Toujours insatisfaite, j'ai renvoyer mon dégout de moi-meme dans les égouts. Toute gonflée et rouge, les larmes aux yeux et la balance prete pour le verdict. La sentence est trop dur et chaque matin je voudrais me rendormir pour toujours. Mes doigts sont completement charcutés, comme d'habitude c'est une horeur quand je suis dans mes periodes de compulsions. J'ai mal partout, des crampes et mes cheveux qui recommencent a me délaisser.

Plus je pense et réfléchis a mon passé, plus je me rend compte que ca fait trop longtemps que je vis sous l'emprise de mes démons. Etre une brindille puis etre "normale", trop normale d'ailleurs pour que je puisse l'accepter. Mes courbes, ma féminité refoulées encore et toujours. Je tente désespérement de faire des efforts, manger a table, avec mes parents, des habits plus pres du corps, des choses "féminines" mais quand je me vois c'est un désastre, je me dégoute trop.

Les miroirs feraient mieux de réfléchir avant de renvoyer les images.

Je n'arrive pas a faire comprendre mes appels de détresse muets. Je suis mal, beaucoup trop mal pour faire quoi que ce soit mais rien n'y fait personne ne le vois. Il est vrai que le propre de ces troubles c'est de le cacher et que je fais tout pour etre invisible. Je lance des petites phrases de temps a autre comme "on pourrait manger a table cette fois" (chez moi depuis que je suis seule avec mes parents on mange debout, devant la télé, dans la cuisine enfin c'est du n'importe quoi et ca m'aide pas). Mes parents ont fait l'effort 1 ou 2 fois mais bon c'est pas importants pour eux. Des que je range le frigo et la cuisine, ils ne respectent pas, pour eux c'est pas grave mais pour moi le frigo est un danger, tout y ai dégueu, répugnant et mélangé. Je voudrais batir des murs dedans pour separer les aliments.

Bref tout un tas de petits appels de phare pour faire comprendre, de mot muet pour expliquer, je voudrais tant qu'il devinne l'enfer que je vis, il m'est impossible de leur en parler, j'ai tenter mais c'est bon je laisse tombé. Je voudrais sortir du tunnel, retrouver le soleil.

 

Tous les yeux grands ouverts de ne rien voir.

               19

 

22:46 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/02/2007

Manger ... une perdition ...

Une délivrance, un soulagement, une culpabilité, une impureté de plus.

Je suis un  peu balancée entre mes pensées destructrices. En ce moment j'ai envie de me foutre en l'air. Tout envoyer chier, etre 100% naturelle. Je mange, je me restrictionne, je jeune, je maigris et regonfle un  peu. De toute facon quoique je fasse la seule et unique chose que je vois c'est une énorme baleine.

Je suis perdue dans un océan de larme remplissant mon coeur et mon corps vide d'envie. De l'alcool a foison pour oublier, rire et couper radicalement la "faim". Tout me semble si faux, si gros, si inhumain. Mes reflexions deviennent insensées et mes paroles refletent follement mon esprit vide d'un trop-plein.

Je regarde, j'identifie, je devine, je ressens ce qui m'entoure. Je reste toujours a quelques pas, quelques kilometre psychique du monde dans lequel nous vivons.

Je reve d'un monde où de légere et frétillante chansons accompagneraient mes journées. Je suis loin, mon regard se perd dans la masse, dans un vide, tout devient flou, si pret mais si désespérement lointain.

J'ai l'impression que mes mots volent dans un ciel orageux, que mes maux sortent de ma bouche condamnée. Je m'enfonce dans ma caverne où les saisons deviennent un hiver constant. Des paroles qui semblent me libérer mais qui ne fait qu'ouvrir une porte a d'autres angoisses refoulées.

Je crois que je me suis encore perdue. Le labirhynte de mon esprit est mouvant. Quand je pense avoir trouvé un chemin, tout bouge et redevient aussi sombre et déprimant que peu de temps avant.

"Ou suis-je ? Qui suis-je ?" s'écriait la petite fée perdue dans un trou noir qu'elle connait pourtant si bien ...

 

21:21 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

08/02/2007

 L'Araignée et Elle

MERCI, MERCI, MERCI mille fois. Vos commentaires me redonnent espoir et je me dis que je ne suis pas completement seule. Heureusement que la blogosphere existe.

merci fée clochette

 

Mon ventre me fait tellement mal. Ventre de femme enceinte de 7 mois. Estomac, intestins et tout l'intérieur moisie, impure de toutes ces choses horribles que je leur envoit par colis express. Plus aucun controle, tout ce qui rentre dans ma bouche est gras, sucré, lourd, mauvais, calorique ... Je n'y arrive vraiment plus. Je me sens ultra grosse, pour moi c'est l'obésité qui me gagne. Je suis remonté a un IMC de 18,1.

horreur

 

 

Horreur

 

 

 

Je suis dans une periode de nervosité intense. Mes doigts sont charcutés, mes ongles rongés, la chair a vif, le rouge et le rose les recouvrant. On pourrait croire que j'ai une maladie ou une allergie. C'est ideux.

Ma grand mere est morte ce matin. Je suis triste, a me grande surprise, surtout du fait que on s'est quitté comme on a vécu. Mauvaise relation. La derniere fois que je l'ai vu, elle était deja malade et elle a été odieuse avec moi.

J"ai vu la psy, je l'a vois depuis longtemps et la j'ai vraiment craché le morceau. J'avais deja parlé de mes problemes de bouffe avec elle mais j'avais peur. Je voulais en quelque sorte les protégés. Là j'ai balancé ma boulimie sur la table, cracher ma souffrance, vomis ma rage, évacuer le poids de tout ce silence. Je lui ai dit que mes parents ne réagissaient pas. Elle m'a parlé d'hospitalisation, et que pour cela il faut que je sois sur de vouloir y aller, sur de vouloir me débarasser de ca. Mais en faite je n'arrive pas a croire que je puisse me faire hospitaliser. Je me suis toujours dis que c'était pour les cas trés graves. Et que bien sur je n'en fesait pas parti. Et j'y crois encore.

H

Meme si je souffre trop, que je suis désespérée et désemparée. Que l'Araignée s'est installée, a tissé sa toile tranquillement pendant tout ce temps et maintenant elle fait mal. L'Araignée est elle. Elle qui me détruit, elle qui me controle, de sa grande toile fortement attachée dans tout les recoin de mon etre. Elle me controle, elle se ballade a l'intérieur de mon etre sale et s'imisse dans mon cerveau, dans mon comportement. Meme si je vomis, que je pleure, que je jeune, que je bouffe a en perdre la raison ... Je pense que je ne mérite pas d'etre soigné dans un centre.

Meme si elles ne valent pas mieux l'une que l'autre (shut Elle ne doit pas entendre ca ...) Elle c'est Ana, Elle s'est l'ennemi de l'Araignée. Elle me fait vivre, Elle me rend heureuse, légere, simple, pure... Et donc meme si elles sont toutes les deux des petits démons en vérité l'Araignée est pour moi le seul et unique gros démon.

Elle c'est moi. L'Araignée c'est ma destruction massive.      araignee

 

 

 

21:35 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/02/2007

"Chute vertigineuse"

Me revoila, encore plus décu, attristée et boulversée que d'habitude. Comme je vous l'ai dit j'ai osé cracher le morceau. J'ai oser tenter d'appeler a l'aide a mes parents. Mais l'effet esconté n'est pas au rendez vous.

Me voila encore plus seule et avec en plus les regards et les réflections fondés sur mes paroles incompréhensibles de l'autre jour. Ils n'ont rien compris. Ok je n'avais pas le courage de parler de boulimie ou d'anorexie, ni des vomissements. Mais j'ai essayé d'etre la plus clair possible. Mais rien n'y a fait. Il pensent juste que je fais une légére fixette sur la bouffe et que ca me passera. Ils tentent de me faire manger comme eux et de tout. Mais ils ne voient pas que je ne peux pas. Le frigo est horriblement mal rangé. Moi qui passe tant de temps a tout organisé je ne peux plus. Le frigo me fait tellement peur. On y trouve des kilos de fromages, de viandes et autres cochoneries. Certes des légumes, mais mélanger avec tout ca.

Ces derniers soir j'ai songer fortement a en finir avec la "vie". Je me suis coupée le bras mais comme si une lueur d'espoir vivait encore le sang n'a pas assez coulé. Je pleure toute la journée, visiblement ou a l'interieur de moi meme. J'en peux plus. JE suis tellement désemparé. J'écris et je pleure. Mes pauvres appels a l'aide ne servent a rien. Je suis seule tellement seule dans ma souffrance. Je ne supporte plus aucune nourriture.

vomir

Je passe les 3/4 de mes journées dans ma chambre enfermé a pleurer, a tenter de trouver une petite chose qui me garderait en vie. Je vomis presque tous les jours. Je ne controle plus rien. Je n'ose pas me peser. Je me vois tellement grosse. Je me vois tellement immonde. Je voudrais hurler ma rage !!! Crier ma douleur, gerber ma souffrance, cracher ma "vie".

Des que mes parents me voient ils me disent "c'est normal que tu sois triste, tu ne vois personne" mais ils n'ont pas compris que c'est pas ca. Je suis triste, je souffre parce que la bouffe est en train de m'engloutir. Si je ne vois personne c'est parce que je ne veux voir personne. Et meme si je le voulais il n'y a personne autour. Je suis perdue dans mon etre impure. Je vais bientot feter mes 3 ans de vie commune avec Ana et mia. Et je crois que mia ne m'avait jamais autant détruite. Je voudrais une camisole de force pour m'empecher de manger. Je voudrais qu'on m'emmene loin de tout ca. Je voudrais mourir. Je voudrais tout recommencer et ne jamais te rencontrer toi, démon persécutant, toi mia.

.Tout m'échappe.

sable échape

 

A l'aide, quelqu'un m'entend ? Je m'effondre de toute cette souffrance. Je n'arrive plus a respirer, je n'arrive plus a vivre.

Je suis détruite profondément. Je me suis construite sur des sables mouvants. Batie sur un cimetiere. Une destruction massive de mon etre qui ne vaut plus rien.

J'ai MAL, j'ai tellement mal.

Mais je ne sais comment le montrer. Des que je voudrais hurler ma bouffe se ferme, mes cordes vocales se bloquent et les larmes seches remplacent mes cries de douleur.

Et je reve d'avoir quelqu'un a appelé, je reve de pouvoir parler, hurler ce qui me mange le coeur et l'ame. Mais personne n'est la, ou pourrait l'etre. Personne a contacter en cas d'extreme détresse. Je chute, je tombe, traverse les couches terrestres, rebondis, ricoche, valse. J'attend de m'écraser. J'attend la fin. Il n'y a plus de faim mais juste un corps trop plein.

.Je n'ai plus la force. Je suis épuisée. Je peux plus.

 

.Adieu pour la vie .....

 ..... Adieu pour la nuit.

20:37 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

26/01/2007

Lachage ...

Hier soir j'ai laché le morceau, sans en demander vraiment j'ai appelé a l'aide. J'ai dit a mon pere qui l'a dit a mere que j'étais boulimique. J'ai nié les vomissements et les restrictions pour pas les inquiéter trop. J'ai réussi a en pleurer tellement que j'étais mal, honteuse et coupable d'etre comme cela. Il m'a dit qu'ils allaient m'aider, pour le moment rien.

Comme chaque jour vers 4h30 je crise, j'ai engloutie des gateaux, me suis tapée 40 minutes de bus aller/retour pour trouver ce qu'il me fallait. J'ai mal partout et j'ai peur. Peur du fait que je dois surement grossir comme une baleine. Je mange tellement de truc dégoutant et mauvais pour le "corps" que j'ai mal aux muscles, aux articulations ... Je me sens telle une grand mere de 80 ans pleine de rumatismes.

Je reverais avoir quelqu'un sur qui m'écrouler en ce moment. Je me sens si mal et si ... seule. Je réfléchis, regarde mon répertoire et cherche désespérement quelqu'un que je pourrais appeler, voir, et puis pour parler aussi. Mais il n'y a personne, je ne trouve personne. J'ai honte ou je sais qu'ils ne comprendraient pas. Alors je reste seule enfermée dans ma chambre a attendre. Attendre quelque chose qui n'arrivera jamais.

Je vous remercie pour vos messages si tendre et si motivant. Heureusement que vous etes la. Merci mille fois.

Trop seule, trop mal, trop de bouffe, trop de culpabilité. Je voudrais tant me débarasser d'elle une bonne fois pour toute.

. QUOD ME NUTRIT ME DESTRUIT .

18:27 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |