25/01/2007

PS

Un changement de design. Les couleurs que j'aime le plus et le sombre de ces verts refletent plus mon état d'esprit. Voila il faut changer de temps en temps. Biz

19:58 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Champs de Bataille ...

Me revoila plus détruit qu'hier et moins que demain. Je suis aveugle, muette, sourde, l'écriture est mon seul refuge. J'ai mal tellement mal que les larmes ne peuvent plus coulées. J'engloutie et j'engloutie avec de plus en plus de dégout et de culpabilité. L'envie de vomir omniprésente. Une hyperglycémie qui fait virvolter ma tete, et souffrir mon corps. J'ai si honte.

15

 
 
2
 
Tout va mal, tout s'enchaine. Il ne veut pas d'un "nous", j'engloutie, je suis nerveuse et agréssive, ma grand-mere va mourir bientot je pense, je me sens seule. ...
J'ai envie de tout lacher, j'ai envie de m'enfuir loin, trés loin, une disparition prévue, j'ai chaque jour et chaque crise plus envie de me foutre en l'air. Je voudrais en finir avec tout ca, et le seul moyen que je trouve est la mort. La boulimie sera toujours présente je ne sais pas comment l'anéantir. La mort de l'ame, du coeur et du corps et la seule solution. Aurais-je un de ces quatres matins le courage de m'effacer a jamais de cet univers persecutant. Je voudrais mourir pour renaitre. M'effacer pour réapparaitre.
J'en peux plus, je suis épuisée,je voudrais tant pleurer, libérer mon esprit de tout ca. Je souffre trop. Envie de crier, de hurler de toute mes forces, m'épuiser la voix et faire ressortir toutes mes angoisses, ma colere, ma rage au grand jour. Mais tout ca est si bien accroché. Gravé, tatoué en moi, plaies ouvertes, incicatrisables. Souffrance permanente, peine indélébile.
Je voudrais partir, loin de mon passé, trop dur, trop déprimant; loin de mon présent invivable; loin de mon futur inexistant.
Envie de m'étriper, de m'ouvrir violement les veines. Ce soir encore j'ai envie de mourir. Mia m'y poussera, un de ces soirs, elle m'y poussera avec joie...
 
 
                                                                              14
 
PLus envie de rire, de sourire, de parler, d'etre, envie de fermer mon etre entier a tout ce qui pourrait y entrer. PLus d'émotions, de sensations, plus de bouffe. JE HAIS LA BOUFFE, ELLE ME TUERA BIEN AVANT QUE JE LA TUE.

 

19:46 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

18/01/2007

Destruction massive ...

J'annonce direct la couloir, ce post sera noir, noir, rouge, gris foncé et noir.

Merci a toutes pour vos coms qui m'ont franchement touché et qui me redonne un peu le sourire. Je suis officiellement et officieusement célibataire. Je ne l'étais que officieusemsent et j'ai revé trop vite. Auccune nouvelle du jeune homme qui m'a apporté pendant un lapse de temps assez cour beaucoup de bien. Cela me rend triste et déprimé oui mais d'un coté c'est normal, je ne le méritais pas, une vache comme moi, une pauvre fille complétement déboussolée et déchirée comme moi. Jamais je ne trouverais quelqu'un qui veuille bien se laisser entrainer avec moi dans mon torrent de vie.

Je n'ai meme plus l'impression que mes médicaments me fassent de l'effet mais je continue et puis on verra. Tout a l'heure j'ai été tellement décu de moi. Dans un magasin il ne restait qu'un pantalon en taille 36. Je l'essaie et je rentre dedans mais pour le fermer c'était dur, j'ai réussi mais j'étais trop serré. Résultat pas de beau pantalon et une haine envers moi. Je suis a 49kg et je sais et je dois perdre 3kg.J'ai un IMC de 17,3 et je compte bien arrivé a 16. A 46 je pense que ca ira.

J'ai recommencé a me mutiler, je fume beaucoup trop et je bois trop souvent. Les crises qui sont moins fréquentes mais toujours présentes de temps a autres sont d'autant plus dures a "avaler". Elles me dépriment d'avantage et quand je dis qu'elles sont dures a avaler c'est bien dans le sens dures a digérer enfin a gérer au niveau psychologique. Un léger écart peu me faire pleurer.

Je me déteste trop c'est affolant et en vérité moi qui vous annoncais un post noir noir rouge gris foncé et noir ben je crois que je suis tellement desespérée que je n'en ai plus la force. Je suis crevée. Aujourd'hui juste une crise tout a l'heure que j'ai vomis difficilemen mais j'y suis venue a bout. Je me sens vraiment trop graisseuse trop moche, trop nulle. Et je vais remédier au probleme et qui sait peut etre qu'en étant un peu moin grosse je trouverais un compagnon de route.

Plus vraiment la force de penser, d'écrire je vais donc vous laisser la, j'espere pouvoir revenir vite. J'aurais surement plus de force.

A toutes je vous souhaite une bonne continuation. biz 

18:54 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/01/2007

Bonne Année

Je vous souhaite a tous et toute qui passe par la une trés bonne année, qu'elle nous apporte de la force et plein de courage pour se battre ...

 

Aprés les fetes et les teribles repas et autre truc répugniant je pensais avoir grossit et surprise quand je rentre chez moi je me pese et j'ai perdu un peu plus de 1 kg, je cherchais l'erreur mais je me suis rendu compte que je n'avais pas criser et que j'avais comme repris un rythme alimentaire. Pas de grignotage, repas a heure fixe ... ect

Je n'ai plus d'appétit donc je mange trés peu sans vraiment me restrictionner. Je suis partie sur de nouvelles bases pour cette année 2007. Combatre mia, retrouver vraiment la douceur et le froid de ana dont j'ai tant besoin.

Je fais toujours attention a mia mais en faite meme si je vois des gateaux ou des trucs a engoufrer je n'en ai vraiment pas envie, ca me répugne. Et ca fait du bien d'etre répugner avant le massacre. Une salade me rempli pour longtemps. C'est vraiment trop le bonheur, je me sens repousser mes ailes briser, je ris un peu plus et je souris, mais bon meme avec mes anti-dépresseur je suis déprimée. Meme avec toutes ces choses qui m'arrive et qui sont bien je suis lassée, fatiguée d'etre, de paraitre.

Nouvelle année, j'ai refait la déco de ma chambre, j'ai changer dans ma tete, je prends plus de recul sur des choses qui me blaissent. Et pour couronner le tout j'ai trouver un copain. Je ne suis donc plus seule (pour le moment) et ma pauvre carcasse fatigué, meurtrie et graisseuse a des tendres bras pour la soutenir.

Il sait pour mes problemes de bouffe, pas exactement mais en gros et il a été génial, il ne me force pas a manger, je pense qu'il va prendre soin de moi. C'est ca qui manquait. Moi qui délaisse mon corps, il sera la pour s'en occupé peut etre. Je suis dans une sérénité, appaisée, euphorique, fatiguée et je ne sens plus vraiment mon corps, je me trouve dans un monde parallele, mon monde parallele, loin de tout, laissant l'esprit régner. Dans ma pénombre quotidienne, j'appercois de temps a autre un léger rayon de soleil, me réchauffant juste un peu mais pas trop. J'aime tellement ca, j'aime tellement ces sensations, j'aime ne plus etre, j'aime etre autre, une petite fée blessée tentant de survivre dans un monde beaucoup trop brute pour elle. Se renfermant jour aprés jour encore et encore dans les abymes.

Malheureusement vu que j'ai été contente, que celui qui est la maintenant m'apporte du réconfort, un abri ensoleillé, je ne peux me tolérer etre comme cela et la lame va frapper, la lame va sévir, punir cette chose, laisser mon sang couler de mon bras et sentir comme une renaissance.

20:23 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

23/12/2006

Répercution ...

Maintenant que j'ai osé parler de mon probleme a mes parents, je me sens mal, des que j'approche de la cuisine ou de la bouffe je me sens regarder, surveiller. Des qu'il manque des gateaux, des aliments ou quoique ce soit de commestible ma mere vient me voir et me demande d'un air atrocement gentil "c'est toi qui a mangé ca pendant tes journées de folie?" !! La RAGE !!

Ils n'ont rien compris a mon probleme, et je ne peux pas leur en vouloir mais j'en peux plus. Moi qui aime assez noel enfin ca dépend, j'appréhende horriblement le noel familiale.

Enfin bref, je voudrais maigrir, je voudrais apprendre a manger, apprendre a vivre ... Je vais surement prendre comme résolution pour l'année 2007 de perdre 6 kilos (ou plus), stopper ma boulimie, me battre contre elle.

 

Bref, je voulais surtout vous souhaiter a toutes et a tous venant ici un JOYEUX NOEL !! Pour la bonne année je reviendrais ... Je pars demain pour un peu plus d'une semaine donc voila. en espérant maigrir, en espérant vivre, je vous dis a bientot.

Prenez soin de vous

15:08 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

19/12/2006

Ce soir ...

J'ai osé hier soir a parler a ma mere, je regrette, je regrette beaucoup car on ne s'est pas comprise, ele croit que je mange "un peu trop" de "temps en temps" et je n'arrivais plus a parler, a trouver mes mots pour lui faire comprendre que ca m'arrivait plus souvent qu'elle ne le pense, que ca me détruit de plus en plus, que je suis mal, trop mal et que je n'en peux plus.

vomirUne partie de moi meme lutte contre l'autre, elle lutte pour me sortir de cet enfer que je ne supporte plus. J'ai du mal, c'est dur, et je ne trouve pas de moyen pour m'en sortir. Ma vision (fausse ?) de mon corps gros, gras, impure me rappelle tous les jours que je dois maigrir, que je dois me purifier et devenir une plume, un esprit volant dans un monde de souffrance.

De temps a autre je me dis et me confirme que le seul moyen de sortir, de m'enfuir des catacombes de mon esprit c'est de mourir. Tuer mon corps, anéantir et liberer mon esprit.

En ce moment je suis triste, je suis déprimée, et c'est bizarre car depuis que je prend des anti-dépresseur normalement ca va mais la c'est dur. Je fume de temps en temps pour me faire planer et ca me fait du bien, je reste raisonnable enfin je fais attention.

Ma chambre est un vrai cauchemar, j'ai la fleme de tout, je ne range pas grand chose et meme si ca me saoule de m'en fout.

J'ai du mal a sourire, du mal a vivre, il m'est impossible de me souvenir la derniere fois ou j'ai manger sans me sentir coupable. Je ne peux plus me rappeler la derniere fois ou manger a été un plaisir, ou quand ma balance ne fesait pas partie de ma journée. Je me sens si pleine mais je suis si vide.

Je suis mal, tellement mal et je trouve personne qui puisse comprendre ce mal, cette peur, cette culpabilité qui m'habite. Je perds jour aprés jour la force de me battre, la force de vivre, d'etre.

Je me bat contre quelque chose qui est encré en moi, contre quelque chose que je n'arrive meme pas a nommer vraiment a haute voix, contre une chose dont je sens avoir besoin. Je sais que si ana et mia disparaissent je n'existerais plus. Si elles partent je ne serais plus rien. Elles sont ma vie, ana me remplit de bonheur et mia me tue de souffrance. Elles sont mon amour et ma haine.

Quod2

 

Le mot "nouriture" n'a plus de sens, le verbe "se nourir" est inconjugable.

Noel ne se sent pas venir chez moi, tout est pareil. Toujours pas de sapin, aucune déco déposée, rien. J'ai fais mes courses et ai trouver des cadeaux, j'ai gaté mes parents cette année, peut etre pour me faire pardonner d'etre ce que je suis, de ne pas pouvoir vivre comme toutes les jeunes filles de mon age, pour me faire pardonner toutes les ouffrances que je leur ai fait endurer toutes ces années.

Pour rajouter a ma longue liste de culpabilité, je me sens coupable vis a vis d'eux, c'est peut etre pour ca que j'ai toujours voulu fuir, toujours voulu partir loin, loin d'eux, loin de tout, loin de moi. Un refus constant et incessant de grandir, de faire du mal, d'etre méchante et en contre partie une envie incontrolable de m'envoler au loin, de me faire du mal et d'etre méchante envers moi meme.

J'ai appris il y a quelque jour que tous ces "amis" que je ne revois plus on dit beaucoup de mal de moi, et ca depuis longtemps, ils pensent que je suis folle, que je suis completement débile car je me suis scarifiée. Je repense de temps en temps a recommencer et je crois que ce soir je vais le faire. Faire mal a mon corps, l'ouvrir pour laisser couler des larmes de sang, des larmes qui reprentent ma souffrance, ma détresse, ma perte, des larmes qui liberent légérement cette souffrance, cette détresse. Laisser ces larmes rouges couler, tomber, marquer fermement le sol et me renvoyer la douleur.

Des "amis" m'ont souvent fais remarquer que je fumais pas pour le plaisir, enfin que c'était du plaisir pour moi mais que c'était un désir plus fort que normalement, un désir, une envie de fumer pour m'évader, pour fuir mon corps, mon esprit, pour ne plus etre.(Ils ne disaient pas ca comme ca mais je l'explique plus clairement car je le sais bien). Ils trouvaient ca bizarre.

Ce soir, j'ai besoin de m'évader, ce soir j'ai mal, ce soir je n'ai plus faim et je reve de la fin de la faim.

                                              6

 

19:12 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/12/2006

Retour laborieux

Me revoila, aprés une longue et courte absence. J'ai lu le post de Miss Crystal et je me suis dis qu'elle avait raison, qu'il valait mieux que je fasse sortir mes maux en trouvant mes mots ...

Une longue et courte période épuisante de boulimie qui j'espere se termine. Fatiguée, énervée, enragée de tout ca .

J'ai repris du poids et compte bien en reperdre encore et encore. Un mal etre qui se réinstale petit a petit en meme temps que mon corps se sali. Aujourd'hui bonne journée, presque rien avalé mais je reste toujours vigilante. La sensation de "faim", de vide me rend heureuse . Ca fesait longtps que je ne m'étais pas senti ainsi.

J'ai pensé ces derniers temps a annoncer clairement a mes parents que je suis boulimique et anorexique. Que j'ai un probleme lourd avec la bouffe. Mais rien n'y fait je n'ai pas pu. A la place je demande a ma mere de cacher tout ce qui pourrait me tenter ...

Je me sens tellement mal. Toujours prisonniere, impossible de s'évader, je pense, ressasse et souffre encore et encore de tout ca. Je me dégoute et ai peur, trés peur de ces aliments horriblement grossissant qui peuvent m'entourer.

Mais le pire dans tout ca c'est la solitude, l'impression d'etre seule avec et contre ca.

Je ne peux etre soulagée et plus détendue que lorsqu'Ana me sert tendrement et fortement dans ses bras froids et légers. Avec l'hivers qui arrive, mes doigts sont de plus en plus souvent froid. Ils sont rouge vif et douloureux a cause de la charcuterie que je fais d'eux, M'arrachant encore et encore la peau, oubliant les ongles et aller jusqu'a la chair vive et ensanglantée.

Mes joues creusées me paraissent magnifique et mes os pointant de plus en plus leur nez sont aussi agréable que de la soie pour moi. Plus je maigris et plus je me sens bien. Sentiment aussi incomprehensible qu'insensé mais tellement réel.

Voila plus d'un mois maintenant que je prend des anti-dépresseur, et je vois ma psy plus régulierement. Je tente désespérement de comprendre, d'aller profondement des les sujets les plus douloureux mais je n'y arrive plus, je ne comprend plus et je fatigue a force de chercher d'ou viens cette rage, cette peur, ces angoisses, cette haine de moi et de mon corps, ce rejet perpétuel de grandir, d'avancer ...

J'espere avoir de vos nouvelles, des commentaires, des mots et des maux , des signes de votre présence car j'en ai fortement besoin ...

                                     
sept 2006 058 bis
 
       
 
            Une petit photo de moi, enfin pas entiere ...

18:52 Écrit par F dans Tout Moi | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |